Monsieur souris

monsieur souris accorde une attention particulière aux conditions de communication harmonieuses. Il est un adepte de la pleine conscience (présence attentive) et des 4 valeurs de souris!ch (sourire, respect, échange et attitude positive).

Depuis 2007, monsieur souris facilite les relations respectueuses et bienveillantes entre les gens. Il ouvre l’accès au sourire intérieur et favorise l’attitude souriante. Il traduit ses convictions en actions efficaces pour de meilleures relations entre nous tous. 

Afin de mieux comprendre les enfants et adolescents, il s’est rendu durant 2 ans dans différentes institutions scolaires. Il y a rencontré des enfants et des adolescents qui ont pu échanger avec lui leurs joies, leurs peines et leur incompréhension du monde des adultes. Ils ont partagé avec lui leurs idées et leur ressenti concernant les valeurs de souris!ch. Par la suite, il s’est rendu dans les entreprises afin de mieux comprendre ce que ressentent ces enfants qui ont grandi et pourquoi ils ont changé leur regard sur la vie.

Pour ne pas se faire de fausses idées, il faut simplement demander aux enfants ce qu’ils veulent réellement !

A chaque instant, un sourire peut venir embellir une journée. Il nous émerveille lorsqu’on le reçoit et il nous rend meilleur lorsqu’on l’offre. C’est en 2006 que monsieur souris développe ses premières recettes. On retrouvera l’essentiel dès 2007 avec souris!ch et ses cartes aux multiples messages positifs. Que ce soit pour le privé ou le professionnel, des programmes sont à la disposition de ceux qui aiment la philosophie du sourire.

Monsieur souris révèle le meilleur de la vie et de chacun depuis 2007

Il accompagne, écoute et rassure. Il est un passeur de vies qui facilite les transitions.

Avec monsieur souris, on active la relation à la terre et la relation aux autres.

Laissez-vous guider par votre intuition ou par les coïncidences qui se présentent à vous. Libérez votre don d’amour et osez rencontrer monsieur souris !

Au départ, il faut être poursuivi par la peur de la naissance et de la mort comme un cerf qui s’échappe d’un piège. À mi-chemin, il ne faut rien avoir à regretter, même si l’on meurt, comme le paysan qui a travaillé son champ avec soin. À la fin, il faut être heureux comme quelqu’un qui a terminé une grande tâche. Gampopa, sage tibétain du XIe siècle.

 

Monsieur souris

Les commentaires sont fermés.
× Comment pouvons-nous vous aider ?